Lydie Solomon Pianiste & Comédienne

« Coup de coeur » d’Alain Duault pour Eldorado – RTL

19 juin 2011

cd-eldorado

« Je vous parlerai de cela tout à l'heure parce que, d'abord, je veux vous faire partager un gros coup de cœur : mon coup de cœur de la semaine. »

(jingle coup de cœur)

« Coup de cœur pour le premier disque d'une jeune pianiste qui s'appelle Lydie Solomon, un disque qui est vraiment un disque de maturité.

Lydie Solomon a vingt-neuf ans aujourd'hui. Elle a une formation classique très détaillée. Elle a donné son premier concert, elle avait huit ans, mais elle ne s'est pas contentée de s'intéresser à la musique et de la pratiquer avec brio, elle a aussi pratiqué la composition, et puis le théâtre, l'écriture. Bref, c'est quelqu'un qui s'intéresse à tout, mais qui conserve néanmoins une maturité pianistique tout à fait extraordinaire qu'on peut découvrir dans ce disque, un disque qu'elle a baptisé Eldorado.

C'est un disque qui, au fond, traverse un peu toutes les variantes de la musique qu'on pourrait dire hispanique, c'est-à-dire à la fois venue d'Espagne mais aussi d'Amérique du Sud, une sorte de voyage vertigineux dans plus de deux-cents ans de musique latino à la recherche de l'eldorado, donc, pour un peu s'imprégner de tous ces continents imaginaires que les doigts de feu et de velours de Lydie Solomon nous révèlent : par exemple dans cette pièce d'un compositeur dont j'avoue que je ne le connaissais pas, Ernesto Lecuona, qui est né en 1895 et mort en 1963, une pièce qui célèbre cette belle ville de Cordoue : Córdoba. »

(Córdoba d'Ernesto Lecuona, interprétée par Lydie Solomon)
[écouter un extrait :]

« Ah ! La belle interprétation de Lydie Solomon, de cette malagueña qui s'appelle Córdoba, de Lecuona. C'est tiré de son disque qui est mon coup de cœur, un disque qui paraît chez Intrada, qui s'appelle Eldorado.

J'ai envie tout de suite de vous faire entendre un autre extrait de ce disque. C'est assez amusant parce que c'est une transcription d'une sonate de Scarlatti par Granados.

Alors, Scarlatti c'est un Italien, bien sûr, mais il a passé de longues années à la Cour d'Espagne, où il jouait pour calmer la mélancolie du Roi d'Espagne, et Granados, lui qui est un compositeur espagnol, a transcrit une de ses sonates – plusieurs, d'ailleurs, de ses sonates – et ça donne quelque chose d'assez crépitant, d'assez excitant, sous les doigts de Lydie Solomon. »

(Sonate n° IX de Scarlatti/Granados, interprétée par Lydie Solomon)
[écouter un extrait :]

« Voilà, c'était la Sonate numéro IX, Kirkpatrick 190, de Scarlatti, transcrite par Granados, et interprétée magnifiquement avec toute cette subtilité mais aussi cette virtuosité et ces couleurs crépitantes par Lydie Solomon.

Allez, on va terminer cette séquence coup de cœur avec une composition de Lydie Solomon, une petite pièce qui est pleine de mélancolie, de tendresse, mais aussi de couleurs raffinées. Lydie Solomon l'a appelée Prélude à la mélodie secrète, et elle l'interprète magnifiquement, encore une fois. »

(Prélude à la mélodie secrète, composé et interprété par Lydie Solomon)
[écouter un extrait :]

« C'est ainsi que se referme cette séquence que j'ai un peu développée aujourd'hui, parce que c'est un gros coup de cœur que j'ai pour ce très beau disque.

Le disque, je le rappelle, s'appelle Eldorado, sous-titré de Padre Soler à Piazzolla, parce que ça commence par le fameux Fandango de Padre Soler ; ça se termine par une pièce tout à fait passionnante de Astor Piazzolla.

Et tout cela, c'est un parcours magnifique de l'hispanité, sous les doigts d'une grande pianiste d'aujourd'hui, Lydie Solomon. Le disque vient de paraître chez Intrada. »

RTL, « Classic Classique » (Alain Duault), 19/06/2011